La première circonscription de l’Essonne est composée de six communes : Villabé, Lisses, Bondoufle, Courcouronnes, Corbeil-Essonnes et surtout Evry, la capitale essonnienne. Plus de 130 000 personnes vivent sur ce territoire.

Et son député sortant n’est autre qu’un certain Manuel Valls. Réélu en 2012, ce dernier n’a que peu enfilé son costume de député de l’Essonne en cinq ans de mandat. En effet, il a intégré le gouvernement de Jean-Marc Ayrault comme ministre de l’Intérieur avant de lui succéder à son poste à l’issue des élections municipales de mars 2014. Pendant qu’il était chef du gouvernement, son suppléant Carlos Da Silva s’est chargé de « faire l’intérim » dans l’hémicycle de juin 2012 à janvier 2017, date de la passation de témoin entre les deux hommes. Voici quelques chiffres clefs concernant leur mandat.

 Ils ont raté le train En Marche !

 Un duel indénouable entre Insoumis

 Dieudonné candidat face à Valls

 Francis Lalanne est la caution médiatique de Jacques Borie

 Benoît Hamon soutient Michel Nouaille

Le bilan en chiffres*

Carlos Da Silva (sur 43 mois, de juin 2012 à janvier 2017) :
Semaines d’activité : 81
Commissions où le député a siégé : membre de la commission des Lois constitutionnelles, de la Législation et de l’Administration générale de la République, puis de la commission des Affaires étrangères.
Présences en commissions : 90
Amendements proposés : 212
Propositions de loi écrites : aucune
Propositions de loi signées : 51
Questions orales : 8

Carlos Da Silva, député suppléant de Manuel Valls (DM/EI)

Carlos Da Silva, député suppléant de Manuel Valls (DM/EI)

Manuel Valls (sur 4 mois, de janvier à juin 2017) :
Semaines d’activité : aucune
Commissions où le député a siégé : Membre de la commission des Affaires étrangères
Proposition de loi signée : 1

*D’après les données rendues publiques par www.nosdeputes.fr

Les enjeux

Député depuis 2002, Manuel Valls truste ainsi un quatrième mandat. Pour autant, l’ancien Premier ministre n’ira pas dans l’arène avec l’appui d’un parti. En effet, ce dernier avait pourtant demandé l’investiture de La république En Marche, le mouvement du nouveau Président de la République Emmanuel Macron. Mais après quelques semaines d’une longue attente, le couperet est tombé. Personne n’aura le soutien d’En Marche ! sur cette circonscription. Pour ce nouveau scrutin, Manuel Valls n’aura pas non plus l’appui du Parti socialiste, étiquette sous laquelle il a déjà été élu à trois reprises. En plus de l’ancien Premier ministre, trois autres déçus des investitures La République En Marche seront dans les starting-blocks : il s’agit d’Alban Bakary, Saliou Diallo et de Jean-Luc Raymond qui ont tous décidé de se maintenir, sans pour autant pouvoir s’unir.

L’unité, c’est aussi le problème de la gauche de la gauche. Deux candidats revendiquent le soutien du mouvement de Jean-Luc Mélenchon, la France insoumise. Pourtant, une seule investiture est attribuée, et c’est finalement Farida Amrani qui l’a obtenu. Un fait que conteste Michel Nouaille qui revendique l’appui des groupes locaux des Insoumis. Lire notre article sur cette question.

Face à ces personnes, les candidatures abondent. Outre les listes dites classiques comme celles de la droite républicaine autour de Caroline Varin (LR-UDI), du FN avec Danielle Oger ou encore de Debout La France autour de David Soullard, pour ne citer qu’elles, d’autres plus surprenantes sont aussi à noter. Parmi les noms qui ont beaucoup fait parler cette semaine, figurent notamment le chanteur de variété Francis Lalanne ou encore l’humoriste controversé Dieudonné.

Cette cascade de candidatures sur la première circonscription du département répondra-t-elle aux enjeux de ce territoire, tant en terme de recherches, d’éducation (notamment universitaires) que de transports en commun (RER D et Tram-Train) ? Telle est la question.

22 candidats

En tout, 22 personnes sont candidates pour ces élections législatives. Un record au niveau du département.

Sylvain Lacassagne
Danielle Oger (FN)
Gautier Albignac
Alban Bakary
Jean-Luc Raymond
Michel Nouaille (PCF-EELV)
François Risacher
Stéphane Legruel
Jacqueline Sabattier (PCD)
François Bouvard (UPR)
Mohamed Lemgharraz
Fadhel Mahbouli
Nathalie Jolly
Dieudonné
Caroline Varin (LR-UDI)
Manuel Valls (DVG)
Saliou Diallo
David Soullard (DLF)
Eric Berlingen
Jacques Borie (Mouvement 100%)
Jean Camonin (LO)
Farida Amrani (FI)

Enregistrer