Légende :
Gris : En gris figurent les villes dans lesquelles Marine Le Pen est arrivée en tête, le gris clair correspond aux communes où la candidate du Front National a réalisé un score compris entre 50% et 59,99%, le gris foncé celles où elle a obtenu plus de 60%.
Jaune : Les villes colorées en jaune sont celles où Emmanuel Macron est sorti vainqueur de ce second tour, en jaune pâle on retrouve les villes où il a obtenu entre 50% et 59,99%, en jaune vif celles où il a obtenu entre 60% et 69,99%, en jaune orangé les communes acquises entre 70% et 79,99% au candidat d’En Marche, et en orange celles où il l’a emporté par plus de 80%.

60, 70, voire même plus de 80% dans certaines communes : l’Essonne a pris sa part dans la victoire d’Emmanuel Macron. Celui qui est devenu dimanche soir le 8ème Président de la 5ème République totalise 72,18% des suffrages dans le département, contre 65,8% au niveau national. Une victoire qui vient amplifier l’avance qu’il avait obtenu au premier tour, se plaçant en tête dans 92 communes avec 26,21% des voix (lire notre article).

Avec quelques 382 650 bulletins en sa faveur, Emmanuel Macron fait plus que doubler ses votes par rapport au premier tour (163 387), et semble bénéficier du report de voix des principaux concurrents du précédent scrutin. Marine Le Pen atteint pour sa part 147 509 voix, contre 102 461 (16,43%) le 23 avril. En additionnant ce score avec celui de son allié Nicolas Dupont-Aignan, qui avait récolté 44 793 suffrages (7,18%), on arrive, à 250 voix près, au score que la candidate du Front national a recueilli le 7 mai (147 254 voix). Le parti frontiste obtient toutefois son record en termes de voix dans le département et dépasse pour la première fois le quart des votants, avec 27,82% des suffrages.

Celui qui prendra officiellement ses fonctions dimanche prochain obtient ses meilleurs scores là où il était déjà ressorti largement en tête au premier tour, comme autour de Saclay et de la vallée de Chevreuse (lire notre article). Il grimpe lors de ce second tour à des taux sans appel : 88,10% à Bures, 87,58% à Gif, 86,81% à Orsay, et jusqu’à 89,38% à Saint-Aubin. Emmanuel Macron dépasse également les 80% dans plusieurs communes majeures, comme Palaiseau (83,30%), Massy (83,10%), Les Ulis (80,81%), et Évry (80,67%).

Notre reportage : chez Macron, la victoire, mais après ?

Plus de 25% d’abstention, 50 000 votes blancs

De son côté, le Front national réalise ses meilleurs scores dans la frange sud du département, et dépasse les 50% de votants dans 11 communes. C’est à Mespuits que Marine Le Pen obtient son meilleur chiffre départemental avec 60,19% des voix, sur un contingent de 117 votants. Elle totalise aussi 55,09% des suffrages à Auvernaux, 57,41% à Bois-Herpin, et vire en tête à Maisse avec 50,83%. La vallée de l’Essonne où la candidate FN dépasse les 40% dans la plupart des communes, conforte l’ancrage territorial du parti dans cette portion du département. « On continue la percée dans le département, s’est réjouie Audrey Guibert, la secrétaire départementale du FN. On bat notre score de 2002. Cela ouvre les portes pour les prochaines échéances, à savoir les législatives ».

La participation, elle, enregistre un recul de plus de 5 points entre le 1er et le 2e tour. Elle s’établit ainsi à 74,92% sur le département contre 80,20% il y a 15 jours. Elle reste très haute dans les plus petites communes, à l’image de Blandy et ses 90,63% de participation (87 votants sur 96 inscrits, soit un de moins qu’au 1er tour) et Bois-Herpin avec 91,94% (57 votants sur 62 inscrits, soit 1 de mieux). L’abstention augmente par contre dans toutes les communes moyennes et importantes, de 4 à 6 points. Elle atteint par exemple 27,07% à Athis-Mons, 35,87% à Corbeil-Essonnes, 31,38% à Courcouronnes, 31,30% à Evry, 30,11% à Vigneux, 30,49% à Viry-Chatillon et son niveau le plus élevé à Grigny avec ses 39,13%. Au niveau national, elle a augmenté aussi de manière significative.

Lire notre analyse sur le phénomène de l’abstention en Essonne

Ce second tour est également marqué par un nombre historique de votes blancs. 50 300 Essonniens ont refusé de choisir entre les deux prétendants du second tour, ce qui représente pas moins de 8,44% des votants. A cela s’ajoutent les 15 324 bulletins nuls comptabilisés à la suite du dépouillement.

Notre décryptage : un taux historique de vote blanc

Et maintenant, les législatives

Le Président élu l’a annoncé, il veut rassembler sur « le fond, pour des idées et de l’action », ce dès son accession au pouvoir, et confirmer ses premières orientations aux législatives des 11 et 18 juin prochains. Un scrutin qui sera particulièrement regardé, dans le département. Dans l’attente du dévoilement des candidats ‘labellisés’ En marche, la question est de savoir si Emmanuel Macron saura convaincre sur sa propre étiquette et avec ses candidats, dont la moitié doivent faire partie de la société civile. Plusieurs noms circulent déjà en l’attente de leur officialisation mardi, comme celui d’un célèbre mathématicien pour conquérir la 5è circonscription, qui regroupe les communes du Plateau de Saclay.

Une situation locale devrait aussi plus que retenir l’attention. Il s’agira de la campagne de Nicolas Dupont-Aignan pour sa réélection comme député de la 8è circonscription de l’Essonne*. Depuis son alliance avec le FN, plus que contestée localement (à retrouver dans notre dossier d’entre deux tours), le maire de Yerres pourrait tomber dans une situation difficile, alors que Marine Le Pen ne totalise que 31,53% des voix dans sa commune. Ce dimanche, alors qu’il se faisait attendre par les journalistes dans son bureau de vote (lire notre article), les habitants se montraient partagés sur le choix de leur maire.

*Brunoy, Crosne, Montgeron, Vigneux, Yerres