Ali Abid vit son rêve après avoir fait le saut de la foi pour poursuivre sa carrière de cricket à plein temps.

Il faut un immense courage pour sortir de sa zone de confort et poursuivre sa passion, surtout si cela signifie une baisse significative des revenus et aucune garantie de succès.

C’est le risque qu’a pris Ali Abid lorsqu’il a quitté son travail de sept ans à l’hôpital NMC en janvier pour jouer en tant que professionnel local dans le cricket des EAU.

Abid est un agent libre et joue pour n’importe quelle équipe dans les compétitions auxquelles son équipe contractuelle ne participe pas. Cependant, sa décision de devenir un joueur de cricket à plein temps a entraîné une baisse de 50 % de son revenu mensuel. Mais, comme on dit, la chance sourit aux courageux.

Tout a commencé à se mettre en place pour le joueur de cricket d’origine pakistanaise. Abid, 28 ans, a été choisi par l’équipe d’Abu Dhabi pour le T10 d’Abu Dhabi qui se déroule du 23 novembre au 4 décembre.

Puis, cette semaine, il a été appelé à participer à un camp de l’équipe nationale des Émirats arabes unis. Avec la première International T20 League des Émirats – prévue pour janvier – également sur son radar, sa bravoure a été récompensée.

« La décision de quitter mon emploi de jour a été difficile à prendre, ce qui signifie que j’ai dû travailler plus dur pour gagner ma vie grâce au cricket », a déclaré Abid, qui exerce son métier dans les Émirats du Nord pour son principal patron, Vision Shipping. Le National.

« Mes revenus ont peut-être baissé de manière substantielle, mais je suis super heureux de jouer au cricket à plein temps et de réaliser mon rêve d’enfant, à savoir participer à un tournoi international.

« Être choisi pour l’équipe d’Abu Dhabi dans le T10 était un rêve devenu réalité, et recevoir une convocation pour le camp de l’équipe nationale des EAU était un plaisir absolu. Je n’ai pas de mots pour décrire à quel point je suis heureux. »

Lire aussi:  Sumo : Tobizaru s'impose face à Terunofuji.

Abid est le plus jeune d’une famille de quatre garçons et quatre filles. Comme c’est le cas dans de nombreux foyers chez lui, le parcours dans le cricket a été difficile.

Il jouait au tennis-ballon avec les enfants de son quartier, et son frère aîné, Asif Raza, qui jouait au cricket national, pensait qu’Abid avait le potentiel pour jouer à un niveau plus élevé.

Ali Abid joue pour l'équipe d'Abu Dhabi contre Fujairah lors de la finale de l'Emirates D20. Chris Whiteoak / The National

« J’avais 12 ans lorsque mon frère m’a emmené dans un club local et j’ai pu intégrer l’équipe grâce à mes qualités de joueur de champ « , a déclaré Abid. « J’ai joué pour l’équipe de l’école quand j’étais en sixième année. J’ai commencé comme joueur de bowling et j’ai ensuite joué comme batteur pour l’école et le club. »

Abid a bien progressé au club et son frère a décidé de l’emmener à Rawalpindi en raison du manque d’installations de cricket de qualité dans leur ville natale de Chishtian à Multan.

À la demande de son frère, Kamran Saud et Muhammad Ejaz – un capitaine de l’armée à la retraite – ont aidé Abid à se loger, à payer ses frais de subsistance et même son équipement.

Abid a joué pour l’équipe des catégories d’âge et est passé à l’équipe senior du Mughal Club. Il a été sélectionné pour le camp de l’équipe nationale pakistanaise des moins de 15 ans, et a ensuite joué pour l’équipe senior de son club, puis du district de Multan. Cependant, des problèmes financiers l’ont obligé à chercher un emploi à l’étranger.

Nisar Ahmed – un coéquipier senior de son club à Rawalpindi – était employé à NMC et l’a incité à tenter sa chance aux EAU.

Lire aussi:  Le Sri Lanka vise 400 après la première journée du deuxième test contre le Pakistan.

« J’ai été embauché et le NMC avait une assez bonne équipe qui jouait en Division 1 », a-t-il déclaré.

Ali Abid, le capitaine de l'équipe masculine d'Abu Dhabi, se prépare pour l'entraînement à la Zayed Cricket Academy. Pawan Singh / The National

Au NMC, Abid a joué aux côtés de l’ancien capitaine des EAU, Saqib Ali, et du rapide de l’équipe nationale, Manjula Guruge. Il a remporté de nombreux prix de joueur du match et des titres nationaux, notamment la Bukhatir League, le plus ancien tournoi du pays.

« J’ai dû travailler pour subvenir aux besoins de ma famille à la maison », a déclaré Abid. « Nous avons eu beaucoup de problèmes financiers à cette époque et jusqu’à l’année dernière. Ensuite, la charge a été réduite et c’est à ce moment-là que j’ai décidé de tenter ma chance et de jouer au cricket à plein temps. »

Il a mené Abu Dhabi à sa première finale dans l’Emirates D20 en juin, et quand il a été choisi par l’équipe d’Abu Dhabi pour le T10, son rêve est devenu réalité.

« Toute mon attention est maintenant portée sur le cricket », a-t-il déclaré. « Je suis plus en forme, meilleur et je joue à la hauteur de mon potentiel. Bien sûr, j’ai encore un long chemin à parcourir, mais je sens que mon jeu s’est énormément amélioré depuis que j’ai commencé à jouer à plein temps. »

Dans la Bukhatir League cette saison, Abid a marqué deux centuries pour Vision Shipping. L’un d’eux a été réalisé contre Future Mattress, qui était dirigé par l’international émirati Rohan Mustafa. Il a été le troisième meilleur buteur du tournoi, derrière Yasir Kaleem et Moazam Hayat.

« Être dans le T10 d’Abu Dhabi est une grande opportunité et aussi une chance de partager et d’apprendre des stars internationales », a-t-il déclaré. « J’espère avoir l’occasion de jouer. Si cela arrive, et si je suis performant, ma carrière de cricket prendra un nouveau tournant. »

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*