On connaissait les sites ‘Allo Resto’, ‘Resto Malin’, ou encore ‘Uber Eats’ et ‘Deliveroo’ à Paris et petite couronne. Voilà désormais Peach, une application pour commander ses plats, et venir les retirer lorsqu’ils sont prêts. Particularité de ce service disponible à travers une appli mobile : il se lance tout d’abord à Evry et les alentours, ou pas moins de 30 restaurants et fast-food sont référencés. Son créateur, Evans Cherry, planche sur ce système depuis 1 an et demi. Il s’est entouré d’une équipe pluridisciplinaire pour développer sa start-up et se situer sur ce marché de la restauration.

Fils d’un restaurateur lui-même, il dit avoir eu « très tôt » le goût de l’entreprenariat, et a choisi de travailler sur la problématique du temps d’attente et « des queues le midi », lorsque des milliers de personnes sortent pour manger. Peach permet ainsi de géolocaliser les restaurants les plus proches et de passer commande sur son smartphone. Le suivi a lieu par sms, et pendant ce temps, le restaurateur voit apparaitre sur une tablette ce que lui demandent les utilisateurs. Une fois le plat disponible, le client est invité à venir le chercher – certains établissements font aussi livraison – en évitant la file d’attente. Le paiement lui, se déroule par CB directement sur l’appli.

Au passage, la start-up prend une commission de 10%. Peach vise à se développer dans le périurbain, et particulièrement, dans les zones d’activités où les salariés vont sortir chercher leur nourriture le midi. Le service proposé est ainsi différent de ceux fournis par les plateformes en vogue sur Paris. « Dans ce marché de la foodtech, à Paris cela fonctionne surtout sur livraison, Peach s’inscrit dans une autre démarche » complète Evans Cherry. Et si l’appli est tout d’abord lancée en beta-test à Evry, son équipe compte bien s’installer dans plusieurs zones de la région parisienne : « nous visons dans un premier temps 15 communes » affirme-t-on.

Pour le moment, l’appli commence à être propulsée sur Evry, et les premiers retours vont permettre d’ajuster le tir pour ses créateurs. David, le développeur de Peach, indique ainsi qu’après de premiers tests, « ça devient compliqué pour certains clients, nous allons donc améliorer des petites choses, en terme d’ergonomie ou d’expérience utilisateur ». Le maître mot d’un système comme celui de Peach : « toujours chercher à simplifier » l’usage pour les utilisateurs de l’appli. Une levée de fonds est ensuite prévue pour le développement de la start-up, mais « une fois que l’on montrera que ça marche » glisse Evans Cherry.