L’Essonne se réveille ce lundi matin avec un nouveau paysage politique. Comme à l’échelle nationale, les habitants du département ont porté Emmanuel Macron en tête de ce premier tour de la présidentielle. Avec une participation de 80,20% sur l’ensemble de l’Essonne (79,19% en 2012), le candidat En Marche! obtient 26,21% des suffrages, soit 163 387 voix. Derrière lui, Jean-Luc Mélenchon se hisse sur la deuxième place du podium avec 21,88%. L’ancien sénateur du département totalise ainsi 136 390 voix. A la troisième marche, on retrouve François Fillon, avec 18,04%, soit 112 478 voix.

Pour la première fois, le Front national dépasse la barre symbolique des 100 000 voix en Essonne, et sa candidate Marine Le Pen glane 16,43% des voix des électeurs du département (102 461 suffrages). Plus loin, on retrouve l’Essonnien de l’étape, Nicolas Dupont-Aignan et ses 44 793 voix (7,18%), puis Benoit Hamon avec 42 072 voix (6,75%). Une certain éclatement des votes qui révèle une géographie singulière des nouveaux rapports de force politiques*

Car c’est bien à une recomposition complète des forces à laquelle nous assistons. Les résultats sur les communes se jouent bien souvent dans un mouchoir de poche, à quelques points près. Et les 4 principales forces arrivent chacune en tête dans un apanage de ville et villages du département. Urbaines, rurales, villes moyennes ou populaires, les municipalités de l’Essonne reflètent d’une certaine manière la diversité du pays. Premier éclairage de cette géographie du vote sur nos territoires.

92 communes pour Macron

Le vote Macron domine dans une large part nord-ouest et centre du département. Le candidat sort souvent légèrement en tête sur les communes moyennes ou importantes, de Montgeron (26,65%) à Dourdan (25,78%), en passant par Saintry (24,45%) et la ville au plus grand nombre de votants en Essonne, Massy (31,14%). Il vire en tête sur la plupart des villes du Val d’Orge, comme à Sainte-Geneviève-des-Bois (26,37%), Brétigny (25,85%) et même Savigny (27,34%). Mais c’est dans le secteur de Saclay qu’Emmanuel Macron réalise ses plus hauts scores, à l’image de Gif-sur-Yvette et ses 37,83%, son record essonnien. A Bures il monte à 37,32%, 32,69% à Palaiseau ou encore 36,30% à Orsay. « On est très heureux de ce résultat. On a œuvré depuis plusieurs mois sur le terrain pour aller à la rencontre des Essonniens. Au-delà de ça, on voit dans le choix qui s’est exprimé ce soir la volonté des Français de tourner la page sur les partis traditionnels qui ne sont plus à même de trouver des solutions efficaces aux défis d’aujourd’hui. Ils ont vu en Emmanuel Macron une offre politique de renouvellement et d’efficacité », s’est félicitée la référente d’En Marche ! en Essonne, Laetitia Romeiro-Dias.

A l’image des électeurs du mouvement En marche, les municipalités concernées sont aussi bien gérées par la gauche, le centre que le droite. Avec les législatives qui approchent, les discussions vont aller bon train autour des investitures du désormais annoncé comme probable vainqueur du second tour. Car à côté de la réussite de l’ancien ministre de l’Economie, le PS s’effondre. Son candidat Benoît Hamon se classe en sixième position sur l’Essonne – derrière Nicolas Dupont-Aignan. Il ne dépasse d’ailleurs les 10% que dans deux communes, Palaiseau (10,07%) et Villiers-le-Bâcle (13,77%). A Evry, où l’ancien maire avait apporté son soutien à Emmanuel Macron, celui-ci réalise 26,93%, ce qui le place derrière Jean-Luc Mélenchon (34,69%), et loin devant le candidat investi par le PS et ses alliés suite à la primaire de gauche. Benoît Hamon totalise 8,67% dans la ville-préfecture. « Rien n’aura été épargné à Benoît Hamon ni par ses amis, ni par ses ennemis, a lâché son porte-parole Michel Pouzol sur les ondes d’Europe 1. Nous n’avons jamais parlé de fond dans cette campagne », a ainsi regretté ce dernier. Pourtant, le fond, Benoît Hamon semble l’avoir touché.

Carton (plein) sud pour Le Pen et Fillon

Qualifiée pour le second tour de la présidentielle, Marine Le Pen a réussi son pari à l’échelle nationale. Si elle se classe 4ème sur le plan départemental, elle arrive en première place dans pas moins de 56 communes, à majorité rurales du sud-Essonne. Elle atteint par exemple 41,07% à Bois-Herpin et 42,86% à Mespuits, dans la Beauce, et s’impose aussi à Pussay (35,10%) ou Angerville (32,40%). La candidate du Front national fait aussi quasi carton plein dans la vallée de l’Essonne, à Maisse (32,05%), Vayres-sur-Essonne (30,96%) ou encore Buno-Bonneveaux (37,04%), et s’impose d’une courte tête à Champcueil (22,21%). « Marine Le Pen est la seule à parler de ces territoires oubliés. Elle propose des solutions concrètes pour ces populations, souligne la secrétaire départementale du FN, Audrey Guibert. Nous ferons tout pour créer la surprise le 7 mai prochain », conclut cette dernière, heureuse du résultat de ce dimanche soir.

A Auvernaux, Marine Le Pen totalise également 38,50% des suffrages. Le parti frontiste réalise son meilleur nombre de voix cette année, avec 102 461 voix (90 760 et 15,20 en 2012). Il progresse peu (de 0% à 1%) dans la majeure partie des villes, voire perd légèrement du terrain (-0,5 points à Massy). « L’Essonne est comme une petite France. L’Essonne qui va bien vote Macron, et l’Essonne qui souffre, celle du sud du département, a plutôt voté Marine Le Pen », image pour sa part le président du Département, François Durovray (LR). « Dans le Sud-Essonne, Marine Le Pen a toujours fait des gros scores, souffle son prédécesseur Michel Berson qui a offert son parrainage à Emmanuel Macron. C’est loin d’être le cas dans les villes plus urbaines ».

Concernant François Fillon, il se place en tête dans un total de 34 communes en Essonne, la majorité d’entre-elles rurales, comme Brouy (40,59%), Saint-Sulpice-de-Favières (38,66%) et Morsang-sur-Seine (38,97%) où ses meilleurs scores sont réalisés. Le candidat soutenu par LR et l’UDI garde aussi la main sur quelques uns de ses bastions comme Bièvres (33,08), et d’une plus courte tête à Milly-la-Forêt (25,59%) et Montlhéry (24,86%).

A droite enfin, Nicolas Dupont-Aignan se place en tête des votes sur la commune de Yerres dont il est maire, ce comme en 2012, avec cette fois 28,62% (contre 24,88% il y a 5 ans). Sur sa circonscription, il arrive en 4ème position à Vigneux (12,45%), Brunoy (15,52%) et Montgeron (14,26%).

Ces villes qui ont choisi entre Mélenchon et l’abstention

A gauche, c’est Jean-Luc Mélenchon qui récolte les voix des électeurs de plusieurs grandes villes, le plaçant en tête dans 16 communes. Parmi les plus importantes se trouvent Evry (34,69%) et Corbeil-Essonnes (31,05%). Le candidat de la France insoumise convainc dans les communes les plus populaires du département. Il se place premier à Vigneux (28,60%), Epinay-sous-Sénart (33,80%), Les Ulis (33,84%) et obtient même 42,28% à Grigny. Son mouvement arrive aussi en première place dans la capitale du sud-Essonne Etampes, avec 27,08%.

A noter que ces communes qui ont voté le plus à gauche sont également celles où la participation a reculé depuis le dernier scrutin, à contre-courant de la tendance départementale. Grigny a ainsi vu son abstention augmenter de trois points (65,6% de participation), tout comme Corbeil-Essonnes (68,90%). Vigneux perd pour sa part 2 points de participation (74,38%), ainsi que Les Ulis (75,63%).

Il faudra du temps pour prendre toute la mesure de ces résultats et de leurs significations, qui ne pourront être expliqués qu’au regard du second tour, et des législatives qui suivront. En Essonne comme ailleurs, le PS et LR ont un genou à terre, avec l’élimination au premier tour de leur candidat respectif issu de primaires. Les prochaines réunions dans les états majors des deux grands partis déchus promettent d’être houleuses dans ces prochains jours. Avec en ligne de mire, les désignations des législatives pour les uns, le devenir de leur mouvement pour les autres.

  • * Les résultats en détail :
  • 795 227 inscrits, 637 787 votants : 80,20% de participation
  • Nicolas Dupont-Aignan, 44 793 voix, 7,18%
  • Marine Le Pen, 102 461 voix, 16,43%
  • Emmanuel Macron, 163 387 voix, 26,21%
  • Benoît Hamon, 42 072 voix, 6,75%
  • Nathalie Arthaud, 2 924 voix, 0,47%
  • Philippe Poutou, 5 755 voix, 0,92%
  • Jacques Cheminade, 1 241 voix, 0,20%
  • Jean Lassalle, 4 468 voix, 0,72%
  • Jean-Luc Mélenchon, 136 390 voix, 21,88%
  • François Asselineau, 7 514 voix, 1,21%
  • François Fillon, 112 478 voix, 18,04%

Retrouvez nos séries sur la présidentielle