Jabeur bat Pegula et reste en course pour les finales du WTA, Sakkari atteint les demi-finales.

Ons Jabeur a rebondi après sa défaite initiale et après avoir perdu le premier set mercredi pour battre Jessica Pegula 1-6, 6-3, 6-3 aux finales WTA à Fort Worth, Texas.

Après sa défaite contre Aryna Sabalenka – où Jabeur a mené au tie-break du deuxième set et a conservé un break dans le match décisif – la Tunisienne a été lente à se mettre en route contre son adversaire américaine, abandonnant sept jeux consécutifs au début du match.

Une défaite aurait éliminé la numéro 2 mondiale, après la victoire de Maria Sakkari sur Sabalenka (6-2, 6-4), mais elle s’est battue pour remporter les deuxième et troisième sets contre Pegula et rester dans la course aux demi-finales.

Seules les deux meilleures joueuses des deux groupes du tournoi à la ronde se qualifient pour les phases à élimination directe du tournoi à huit joueurs.

« C’était dur parce que j’ai l’habitude d’être déprimé pendant les deux jours suivants quand je perds », a déclaré Jabuer, 28 ans. « Je n’avais pas beaucoup de temps ici, et il était très difficile de dormir le premier jour, pour être honnête avec vous ».

C’était seulement la deuxième victoire sur les neuf derniers matchs contre un adversaire du top 10 pour Jabeur, qui a également battu Pegula en finale du Masters de Madrid en mai.

Pegula, classée troisième, qui, comme Jabeur, participe pour la première fois aux finales de la WTA, a conservé ses maigres espoirs de demi-finale en remportant un set alors qu’elle était à 0-2 après sa défaite contre Sakkari. Elle aura besoin d’une victoire en deux sets contre Sabalenka, tandis que Sakkari devra s’imposer en deux sets contre Jabeur vendredi.

Lire aussi:  Tuchel est "inquiet" après la défaite de Chelsea face à Arsenal.

« Je suis toujours dans le coup ? » Pegula a demandé. « Je ne sais pas. Je suis genre 0-4 ces deux derniers jours. Je retire ce que j’ai dit à propos du format qui n’a pas vraiment d’importance. Si tu perds quatre fois en trois jours, c’est sûr que ça craint plus que lorsque tu as une semaine pour te remettre à zéro. »

Jabeur, la première femme arabe à participer aux finales WTA, a sauvé cinq balles de break pour remporter le premier jeu du troisième set, puis Pegula a sauvé deux balles de break pour égaliser à 3-3.

Pegula n’a pas pu le faire à nouveau, perdant à l’amour sur son service pour donner à Jabeur la chance de conclure le match.

Après avoir perdu le premier jeu du match, Pegula a gagné sept fois de suite pour prendre une avance de 1-0 dans le deuxième set avant que Jabeur, qui avait commis 11 fautes directes dans le premier set, ne garde son service.

« Elle jouait vraiment bien, et elle jouait très vite », a dit Jabeur. « Il fallait juste que je trouve ce déclic pour changer le rythme et imposer mon jeu plus que le sien ».

Sakkari se qualifie pour les demi-finales

Menée d’un set et de deux breaks, Sabalenka (7e) a remporté quatre jeux consécutifs avant que Sakkari ne se reprenne et remporte les trois derniers jeux.

« Elle se déplaçait bien, frappait très bien la balle, ne manquait pas grand-chose », a déclaré Sabalenka. « Je faisais quelques erreurs et c’est ce qui était difficile ce soir. J’ai fait de mon mieux, mais elle était juste trop bonne ce soir ».

Lire aussi:  Football : Shuto Machino prend la place de Nakayama dans la sélection japonaise pour la Coupe du Monde

Sakkari, numéro 5 mondial, a battu Sabalenka en finale de la WTA pour la deuxième année consécutive, nécessitant une heure et 37 minutes après un match de près de trois heures comprenant deux bris d’égalité il y a un an.

Deux des trois victoires de Sakkari contre des joueuses du top 10 ont eu lieu cette semaine après qu’elle ait remporté les deux sets au bris d’égalité pour battre Pegula.

« Cela fait longtemps que je n’ai pas eu de victoires en deux sets contre ces joueuses », a déclaré Sakkari, qui participe aux demi-finales de la WTA pour la deuxième année consécutive. « C’est quelque chose de nouveau pour moi. Mais en même temps, je suis plus clinique, et je peux l’être encore plus. »

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*