Un hôpital québécois peut retirer le tube respiratoire d’un enfant malgré l’objection des parents : tribunal

MONTRÉAL – Un hôpital pour enfants de Montréal peut retirer de façon permanente le tube respiratoire d’un enfant qui est dans le coma depuis juin, malgré l’opposition de ses parents, a décidé un juge de la Cour supérieure du Québec.

L’hôpital Sainte-Justine s’est adressé aux tribunaux après que les parents du garçon de cinq ans ont refusé de consentir à la procédure à moins que l’hôpital ne prévoie de rétablir le tube si les choses tournent mal.

L’hôpital a fait valoir que l’enfant, identifié seulement comme « X » dans le jugement, peut respirer par lui-même et que le tube respiratoire cause maintenant plus de mal que de bien.

Le juge Bernard Jolin a écrit dans son jugement mardi que les objections des parents à la procédure ne sont pas dans l’intérêt supérieur de l’enfant et sont fondées sur leur espoir que Dieu le ramène miraculeusement à l’état dans lequel il était avant de tomber dans une piscine.

« Il est vrai que l’extubation comporte un risque de décès pour X, mais à la lumière des preuves, ce risque découle beaucoup plus de son état que de l’extubation elle-même », a écrit M. Jolin.

L’enfant est dans le coma depuis le 12 juin après avoir été retrouvé au fond de la piscine familiale. Il était dans l’eau depuis 15 à 20 minutes.

Il est sous tube respiratoire depuis son admission à l’hôpital, mais les médecins recommandent depuis le 16 juin de le retirer car « il est susceptible de causer des dommages graves, voire mortels », écrit le juge.

L’hôpital a fait valoir que le retrait du tube pourrait permettre à l’enfant de rentrer chez lui et de suivre une thérapie physique, mais que le fait de retarder le retrait limiterait les chances que cela se produise.

Lire aussi:  Le coroner du Québec affirme que les délais d'acheminement vers l'hôpital ont "très probablement" conduit à la mort du bébé.

Jolin a estimé que l’opposition des parents à la procédure est basée sur leur foi religieuse et un manque de confiance dans l’équipe médicale – y compris la croyance que l’hôpital veut lui retirer le tube pour économiser de l’argent.

Les parents pensent également avoir constaté une amélioration chez l’enfant et la mère croit qu’il est « très conscient de son environnement », ce qui, selon le juge, « s’écarte d’une perspective correcte de la réalité ».

« Certains apprécieront l’amour inconditionnel des parents pour leur enfant et leur lutte acharnée pour le maintenir en vie. Malgré toute l’empathie qu’il peut ressentir, le tribunal conclut que le refus des parents de consentir au plan n’est pas justifié et est contraire à l’intérêt supérieur de X », a-t-il écrit.

Les preuves présentées au tribunal ont montré que le temps que l’enfant a passé sous l’eau a causé des dommages cérébraux graves et irréversibles.

L’hôpital a déclaré jeudi qu’il attendrait que les parents décident de faire appel de la décision avant de retirer le tube. Patrick Martin-Ménard, un avocat des parents, a déclaré qu’ils étudient la décision et n’ont pas encore décidé de faire appel.

« Il a été très difficile d’aller jusqu’au tribunal, pour une décision de justice concernant leur enfant, alors qu’ils auraient été ouverts à des alternatives plus tôt s’il y avait eu une discussion et une collaboration appropriées », a-t-il déclaré dans une interview jeudi. « Mais ce que nous avons vu, malheureusement, pendant une très longue période, a été une tentative d’imposer une décision aux parents par Sainte-Justine. »

Il a ajouté que les conséquences du retrait du tube restent floues et que ces conséquences pourraient nécessiter une réintubation, ce qui n’est pas autorisé par l’ordonnance du tribunal.

Lire aussi:  L'embarcation chavirée qui a entraîné la mort d'un pompier de Montréal n'était pas adaptée aux rapides, selon un rapport.

Ce reportage de La EssonneInfo a été publié pour la première fois le 3 novembre 2022.

A propos de Fleury 3601 Articles
Auteure sur EssonneInfo

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*