Si vous vous demandez pourquoi vous n’avez toujours pas reçu vos plis électoraux à deux jours du premier tour de la présidentielle, ne cherchez plus, le syndicat Sud-Poste vous apporte un élément de réponse : « Les professions de foi des candidats nous sont arrivées plus tard que les autres années, explique Eric Fayat, secrétaire départemental du syndicat. On les a reçues hier (mercredi 19 avril ndlr), alors que nous les avons normalement une semaine avant le premier tour  ». D’après le syndicaliste, la cause de ce retard serait liée à un problème de routeur, notamment au moment de la mise sous plis.
Rajoutez à cela le fait qu’il y ait plus de candidats que lors des élections précédentes et que les enveloppes soient logiquement plus lourdes, et le trafic devient plus difficile à écouler : « Il faut bien comprendre que le facteur distribue sa tournée quotidienne en plus de distribuer les enveloppes de compagne à chaque électeur, précise Sud Poste 91. S’il a été annoncé que les heures supplémentaires seraient bien payées, toute idée de paiement au forfait (comme cela s’est fait traditionnellement durant des années dans l’entreprise) ou de prime spéciale a été totalement écartée par les représentants de la direction locale. Les dirigeants de La Poste considèrent aujourd’hui que la distribution des plis électoraux fait partie de la  »charge normale de travail’’ ».

A la Poste, les syndicats rient jaune devant les nouvelles réorganisations

Après s’être concertés et devant « l’absence de réponse » de la part de la direction, douze postiers titulaires sur les vingt que compte le bureau d’Evry ont donc décidé de se mettre en grève et de reconduire leur mouvement ce vendredi 21 avril : « Avec la refonte des tournées de facteur et les réductions d’effectif, nous étions déjà justes en terme de personnel, constate Eric Fayat. Quand on sait que l’État verse 69 millions d’euros aux dirigeants de La Poste pour la distribution les plis électoraux, on est en droit de réclamer que cet argent serve à payer correctement les facteurs et le personnel qui traitent ces millions de plis  ».

Hasard du calendrier, La Poste a annoncé jeudi 20 avril le lancement sur l’Essonne d’une campagne de recrutement de 97 facteurs en CDI. «  Ces recrutements s’inscrivent dans le cadre de  »l’Accord social national sur les conditions de travail et les métiers des facteurs et de leurs encadrants’’ qui prévoit 3 000 recrutements de facteurs en 2017 afin de venir renforcer les équipes là où des besoins supplémentaires sont nécessaires  », déclare l’entreprise.

La Poste : les syndicats sollicitent les élus et les Essonniens

En attendant, la grogne n’est pas prête de faiblir. Le secteur de Draveil va à son tour se mobiliser samedi 22 avril à l’initiative de Laïd Amrani et Sylvain Picard (PCF-Front de Gauche), candidats aux législatives. Après avoir lancé une pétition pour réclamer l’annulation des réductions d’horaires des bureaux de postes essonniens (lire notre article), ils appellent à un rendez-vous citoyen à 11h devant le bureau de vote de Draveil. « Le 10 mai prochain, l’ensemble des élus du département et les organisations syndicales se rencontreront à la maison des syndicats d’Evry pour échanger sur la situation à La Poste, conclut Yves Pradillo, secrétaire général CGT-FAPT 91. Avant un rassemblement devant le siège de la direction prévu dix jours plus tard  ».

La grogne des salariés s’intensifie à la Poste