Les politiciens québécois doivent prêter serment au roi Charles pour siéger à l’Assemblée législative : Président

QUÉBEC – Les 14 politiciens québécois qui ont refusé de prêter serment au roi après l’élection du 3 octobre doivent le faire sous peine d’être expulsés de l’assemblée législative, a déclaré mardi le président sortant.

François Paradis a soumis sa décision aux chefs des partis élus du Québec, dont le chef du Parti québécois Paul St-Pierre Plamondon et le co-porte-parole de Québec solidaire Gabriel Nadeau-Dubois. Les 11 membres de Québec solidaire et les trois péquistes récemment élus à l’Assemblée législative ont prêté serment de fidélité au peuple québécois, mais pas au roi Charles III, comme l’exige la Constitution canadienne.

Ces deux partis d’opposition – qui défendent tous deux la souveraineté du Québec par rapport au Canada – ont qualifié d’archaïque la pratique consistant à prêter serment au monarque et ont demandé aux autres partis de les aider à trouver une solution de rechange.

M. Paradis a déclaré que l’obligation de prêter le serment serait appliquée : « Je donne l’ordre formel au sergent d’armes de veiller à l’application de cette décision afin que les députés qui n’ont pas prêté serment ne puissent siéger dans la salle de l’Assemblée nationale ou dans une de ses commissions. »

« Dans le cas où une personne refuserait de se conformer à cette interdiction, le sergent d’armes sera légitimé à l’expulser. »

M. Paradis a déclaré qu’en tant que président, il lui incombe de maintenir l’ordre et de veiller au respect des règles. Il a précisé que les élus qui ont jusqu’à présent refusé de prêter serment peuvent changer d’avis à tout moment.

Pascal Berubé, ancien chef intérimaire du Parti Québécois, a déclaré à Radio-Canada que lui et les deux autres élus du parti avaient l’intention de continuer à se battre, et il a qualifié la décision de Paradis d’opinion.

Lire aussi:  Mike Weir nommé capitaine de la Coupe du Président pour l'événement de 2024 au Club de golf Royal Montréal

Sur Twitter, St-Pierre Plamondon a noté que le président n’est plus un membre élu de la législature après que Paradis ait décidé de ne pas se représenter.

L’Assemblée législative du Québec reprendra ses travaux le 29 novembre, date à laquelle un nouveau président sera nommé.

Québec solidaire a terminé en troisième position et le Parti Québécois en quatrième position lors de l’élection du 3 octobre, qui a été remportée par la Coalition Avenir Québec de François Legault.

Ce reportage de La EssonneInfo a été publié pour la première fois le 1er novembre 2022.

A propos de Fleury 3820 Articles
Auteure sur EssonneInfo

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*