« Délicieux Instants », c’est avant tout une histoire de famille ! Tous les midis, sur le parvis de l’Hôtel de ville à Evry, un camion attire l’oeil. Ces tons rosés et bleutés renvoient une image douce et chaleureuse. La vitrine, quant à elle, surprend par son originalité. Ici, vous ne vous verrez proposer que des… Bocaux ! Salades grecques, choucroute, gratin dauphinois, tagliatelles aux fruits de mer : « Délicieux Instants » vous propose une gamme de produits frais et généralement traditionnels. Si les « food-truckers en chef » sont Nicolas Privat et Sava Dema, c’est le jeune Téo qui est aux commandes du camion tous les midis. Ce n’était pourtant pas le destin que leur avait réservé la ville d’Evry lorsqu’elle les a invité à s’installer sur la place : «  Il était question de faire un essai durant trois mois. C’est grâce à la demande des gens de la mairie et des alentours que nous avons été prolongés et que nous sommes devenus un food-truck permanent sur toute l’année », indique Nicolas Privat.

C’est un véritable travail d’équipe auquel s’adonnent les membres de cette famille. Au départ, l’idée du food-truck est née du souhait de Sava, qui « voulait tenter le coup » et qui voulait « quelque chose de simple, tout en étant indépendante ». Nicolas, lui, s’est occupé de l’élaboration du concept, du marketing jusqu’au démarchage. C’est finalement en juillet 2014 que le couple s’est décidé à se lancer dans l’aventure. Pour autant, les choses ne se sont pas exactement passées comme le couple les avait envisagées. 6 mois après avoir débuté leur activité, Nicolas et Sava se sont vu proposer l’acquisition d’un restaurant à Evry, le restaurant du théâtre situé aux terrasses de l’Agora. Si un tel projet ne se trouvait pas dans les objectifs de vie actuels du couple, la curiosité et le désir de découverte les aura fait pousser les portes du restaurant. Surprise, Nicolas et Sava apprécient ce qu’ils y voient : « On a craqué sur le lieu. On a trouvé que c’était intéressant d’avoir aussi un restaurant, d’autant que c’est juste à côté de notre food-truck. Plutôt que de déplacer le camion chez nous et de cuisiner d’un laboratoire de la maison, on vient directement cuisiner au restaurant  », explique Nicolas. C’est à la suite de ce changement de situation que Téo est arrivé. Venu de Grèce suite à la proposition de son beau-frère et de sa belle-soeur, le jeune homme endosse tous les midis les habits d’un agréable commerçant : « Même si les 6 premiers mois étaient durs, je ne regrette rien. Je suis très content d’être parti de Grèce pour ça », confie-t-il avec le sourire. Et cela va bientôt faire deux ans et un mois précisément que la double aventure dure.

Si les journées sont bien chargées et le programme bien rempli entre la préparation des bocaux et la gestion du restaurant, le couple et leur équipe ont su trouver le bon équilibre. Pourtant, rien ne prédestinait Nicolas au monde culinaire : « J’ai été serveur lorsque j’étais jeune étudiant… Mais, sinon, je n’ai rien à voir avec tout ça puisque je suis photographe  », déclare-t-il avec humour. Sava, elle, est coutumière du monde de la restauration, « elle a commencé tout en bas de l’échelle  », indique fièrement Nicolas. C’est dans les cuisines de la chaîne de restauration rapide McDonald que Sava a débuté. En enchaînant les emplois dans les bars, boites de nuit et hôtels-restaurants, la jeune femme s’est finalement retrouvée dans la cuisine d’un chef étoilé à Biscarosse. Avec le temps, l’aventure food-truck s’est alors imposée comme une évidence pour la jeune femme, qui cultivait des envies d’indépendance, de simplicité et de partage. Les bocaux, eux, n’étaient à ce moment-là pas si évidents que cela… « On avait réfléchi à plusieurs choses et le jour où on a été chercher nos premiers emballages et qu’on a commencé à calculer la quantité dont on aurait besoin, on a réalisé que ce n’était pas le bon concept. Un jour, notre voisin nous invite chez lui et on se rend compte que l’on porte le même projet, à savoir le food-truck. Eux travaillaient avec des bocaux en verre et on s’est dit que c’est ça qu’il nous fallait », confie Nicolas. Finalement, l’idée a fait son chemin et le concept a pris vie, à la plus grande joie du duo de food-truckers : «  C’est beaucoup plus rentable, pour nous et pour la planète. C’est une chose à laquelle on tenait parce qu’à un moment le plastique, ça n’a plus de sens. Le verre est recyclable à l’infini, c’est 100% écologique et c’est, pour nous, indispensable  ».

Les clients s’affairent joyeusement autour du food-truck « Délicieux Instants », présent sur la place de la mairie d’Evry jusqu’à 14h30. Ils peuvent venir apprécier l’alléchante carte, composée généralement de quatre plats, quatre desserts ainsi que de quelques soupes. Si au Restaurant du Théâtre, la clientèle exige un changement régulier dans la proposition des plats présents sur la carte, au food-truck, c’est tout l’inverse : « Notre clientèle est habituée à une douzaine de plats qu’ils aiment et veulent régulièrement retrouver. Lors des débuts, on a essayé de changer mais, face à la demande des clients, on en revenait finalement toujours aux mêmes plats ». Ainsi, la clientèle essonnienne peut se réjouir de retrouver de temps à autres les « incontournables » du camion comme la lasagne végétarienne, le saumon quinoa ou encore tartiflette en hiver…

Si le couple affirme ne rien regretter de leur aventure spéciale food-truck, ils s’apprêtent tout de même à saluer la ville d’Evry pour mettre le cap vers d’autres horizons. Le duo a récemment fait l’acquisition d’un nouveau restaurant à Biscarosse, une commune du Sud-Ouest de la France : « On va repartir de zéro et commencer quelque chose de nouveau ». N’hésitez donc pas à en profiter, à l’occasion des derniers jours du food-truck en Ile-de-France. Profitez de ces derniers instants, qui s’annoncent délicieux…

Delicieux Instants 2