Après des mois de discussions acharnées, les états-majors des Républicains (LR) et de l’UDI se sont enfin mis d’accord sur le nom des candidats qui représenteront leur alliance nationale lors des élections législatives des 11 et 18 juin prochains.
En Essonne, si les deux formations ont essayé de se mettre d’accord en amont, des doutes persistaient sur les 3e, 5e, 9e et 10e circonscriptions où un candidat de chaque camp avait été investi par son parti. On fait le point sur les candidats déçus et les « heureux élus ».

Sur la première circonscription de l’Essonne, celle d’Evry-Corbeil, c’est la conseillère départementale Caroline Varin qui a été investie. La candidate qui était déjà présente sur la liste LR depuis quelques semaines maintenant aura fort à faire. En effet, cette dernière sera opposée à l’ancien Premier ministre, Manuel Valls, qui sera par ailleurs officiellement investi le 16 mars. (lire notre article sur les candidatures à gauche)
Sur la plus grande circonscription du département, la deuxième (Etampes-Milly), pas de surprise. Le député sortant, Franck Marlin, en poste depuis 1995, sera candidat à sa succession.
Sur la troisième circonscription (Brétigny-Dourdan), deux candidats occupaient le terrain depuis quelques semaines. Bernard Sprotti, le maire LR de Breuillet d’un côté, et Nicolas Méary, le maire UDI de Brétigny. C’est finalement ce dernier qui a bénéficié des faveurs de l’accord entre les deux partis.
Sur la quatrième (Longjumeau-Limours), c’est finalement Agnès Evren qui aura la charge de succéder à Nathalie Kosciusko-Morizet. Ce n’était pourtant pas le premier choix du parti Les Républicains. Celle qui devait reprendre le flambeau était Sandrine Gelot, la maire de Longjumeau. Mais cette dernière a cédé sa place à Agnès Evren, proche de Nathalie Kosciusko-Morizet et surtout vice-présidente de la région Ile-de-France en charge de l’éducation et de la culture. Face à elle, un candidat soutenu par l’UDI local, mais pas par le national sera aussi de la partie, il s’agit du maire de Janvry, Christian Schœttl.
Sur la cinquième (Gif-sur-Yvette-Les Ulis), c’est la candidate LR Laure Darcos qui a été retenue face à Jean-François Vigier, le maire de Bures-sur-Yvette. La campagne de l’ex-ministre de l’Education sera notamment opposée à la députée sortante, Maud Olivier (PS).
Du côté de la sixième circonscription, celle de Massy, c’est Françoise Couasse (UDI) qui a obtenu les faveurs de l’accord national. Celle-ci sera entre autres opposée au successeur de François Lamy, le député sortant, Jérôme Guedj (PS).
Sur la septième (Juvisy-Savigny), les candidats ont pris de l’avance sur l’accord national en déclarant il y a quelques jours que Robin Reda (LR), maire de Juvisy, était le candidat, tandis que Jean-Marie Vilain (UDI), maire de Viry-Châtillon, était son suppléant.
Sur la huitième, celle de Yerres-Montgeron, c’est le centriste Irvin Bida qui récupère les investitures. Celui-ci aura également fort à faire face au député sortant, un certain Nicolas Dupont-Aignan, en poste depuis près de vingt ans et par ailleurs candidat à la présidentielle.
Sur la neuvième (Draveil-Ris-Orangis), c’est Véronique Carantois, présente sur les listes LR, qui a obtenu l’investiture face à la vice-présidente de la Région, Faten Hidri.
Enfin, sur la 10e circonscription, celle de Sainte-Geneviève-des-Bois, un doute subsistait encore, mais c’est bien la centriste Marianne Duranton qui portera les couleurs LR-UDI. Sa candidature a été préférée à celle du maire de Saint-Michel-sur-Orge, Bernard Zunino.