Programme chargé pour le secrétaire national du PCF Pierre Laurent, lors de sa tournée en Essonne jeudi dernier. Il a passé une partie de la journée dans le département, accompagné des militants et élus communistes locaux, à la rencontre des citoyens, en terminant par une réunion publique à Evry. Sur le campus de la fac d’Orsay, il est allé discuter avec des étudiants, puis s’est installé au magasin Cultura de la Croix-Blanche, afin de présenter et dédicacer son livre « Front National l’imposture, Droite le danger. 20 répliques à leurs programmes ».

Pierre Laurent a également tenu à accompagner le candidat aux législatives soutenu par son parti Michel Nouaille devant l’antenne de la CAF d’Evry aux Epinettes. Ce dernier a initié une pétition pour améliorer les conditions d’accueil des usagers, contraints pour beaucoup de patienter des heures en plein-air avant de pouvoir entrer dans les lieux. Le soir dans la même ville, il a participé à une réunion des militants communistes essonniens, autour de la thématique de son ouvrage qui se propose de « combattre les thèses du Front national ».

L’occasion d’un échange avec le public et cadres du PCF sur l’avancée dans les consciences des thématiques traditionnellement chères à l’extrême-droite. « Beaucoup de gens l’avaient dit, si le quinquennat ne réussit pas, c’est la porte ouverte au FN » constate une militante, en illustrant son propos par la montée des idées frontistes chez les fonctionnaires ou dans l’éducation, un public « confronté à la violence de la société, et des personnes qui deviennent perméables ». Dans le monde de l’entreprise, le discours semble aussi se banaliser, relève un militant syndical : « ça rentre dans la tête des collègues de manière très insidieuse, et le FN reprend des discours de la CGT, même si elle produit des arguments pour démonter leur récupération ».

Ce que fait le FN dans les villes est aussi exposé, « car ils ne produisent que plus d’injustice » entend-on. La bataille se doit donc d’être culturelle semblent s’accorder plusieurs intervenants : « nous avons le besoin de revenir sur les valeurs, de remettre sur la table les notions de solidarité, d’humanisme, c’est ce qui contribuera à faire reculer les thèses du FN ». Le secrétaire national du PCF abonde dans sa conclusion et veut proposer « différents niveaux de bataille » à ces militants : « sur les chiffres de l’immigration, ce que dit le FN est complètement faux. En vérité toutes les études affirment que l’immigration apporte au revenu national. Mais ça ne suffit pas, aujourd’hui c’est une bataille pour définir le monde dans lequel on veut vivre. La préférence nationale, c’est une autre société, on ne sait pas où ça commence ni où ça s’arrête ». Pierre Laurent dit enfin entendre « trop de gens banaliser le cas de figure » de la présence de Marine Le Pen au second tour de la présidentielle, et affirme que si la situation se présente au soir du 1er tour, « le PCF appellera à la battre ».