Tout le soutien de la famille après une nouvelle saison historique

Ons Jabeur est aperçue marchant sur Main Street à Fort Worth, Texas, portant sa nièce dans un bras et un sac de nourriture à emporter de Cheesecake Factory dans l’autre. Sa mère l’accompagne, car elle vient d’arriver de Tunisie par avion la veille.

La famille de Jabeur ne la rejoint pas souvent sur la route, mais la numéro 2 mondiale a insisté pour les avoir à ses côtés lors des finales WTA cette semaine, où elle entrera dans l’histoire en devenant la première Arabe ou Nord-Africaine à se qualifier pour les prestigieux championnats de fin de saison.

Les parents de Jabeur, sa sœur enceinte, son beau-frère et sa nièce sont venus de France et de Tunisie pour la rejoindre à Fort Worth et célébrer ce qui a été une saison record pour la pionnière de 28 ans.

Lors du gala d’avant-tournoi vendredi, Jabeur, vêtue d’une élégante robe Elie Saab, a déclaré que c’est grâce aux conseils de sa mère qu’elle s’est qualifiée pour les finales WTA cette saison, après avoir manqué de peu le tournoi l’année dernière.

Seules les huit meilleures joueuses du monde participent aux finales WTA et Jabeur a été la deuxième à obtenir sa place pour le tournoi de cette semaine, contrairement à l’année dernière où elle avait terminé neuvième de la course.

L’année dernière, quand je ne me suis pas qualifiée, ma mère m’a dit : « C’est bon, ça ne devait pas se passer comme ça, l’année prochaine, assure-toi de te qualifier plus tôt pour ne pas avoir à stresser et à te mettre en colère comme ça », a déclaré Jabeur. The National lors d’une interview à la Dickies Arena samedi.

« C’est juste très agréable de les avoir tous ici, c’est incroyable d’avoir ma famille autour de moi, surtout parce qu’ils ont été là pour moi depuis le premier jour.

« Pour moi, c’est comme un petit remerciement pour tout ce qu’ils ont fait pour ma carrière. Les gâter et les amener ici, c’est juste pour leur dire merci de me soutenir et qu’ils doivent être là avec moi dans les grands tournois. »

Au cours de la cérémonie du tirage au sort, les hôtes de l’événement ont énuméré les nombreux exploits historiques que Jabeur a réussi à accomplir au cours de cette campagne 2022 : devenir la première joueuse arabe à atteindre une finale de Grand Chelem – elle en a fait deux, à Wimbledon et à l’US Open – et devenir la joueuse africaine la mieux classée de l’histoire de la WTA.

« C’était une grande récompense pour moi, rien que d’entendre tout cela, surtout le fait d’être la première Arabe, la seule ceci, la première cela… c’est vraiment incroyable et j’espère que nous pourrons en faire plus. Cela m’encourage vraiment à faire mieux à l’avenir », a-t-elle déclaré.

Une autre saison historique

L’année a été longue et mouvementée pour Jabeur – une année qui a commencé par une blessure en janvier qui l’a privée de l’Open d’Australie. Son année s’est véritablement animée pendant la saison de terre battue au printemps, lorsqu’elle est devenue la première Africaine à remporter un tournoi WTA 1000 à Madrid.

Elle s’est qualifiée pour la finale de Rome la semaine suivante et a rebondi après une décevante élimination au premier tour de Roland Garros en remportant le titre à Berlin et en se classant étonnamment deuxième à Wimbledon. Elle a également atteint la finale de l’US Open et est maintenant prête à terminer la saison en beauté au Texas.

« Je ne peux pas choisir, il y a eu beaucoup de grands moments », dit Jabeur quand on lui demande de choisir son moment préféré de 2022.

 » Peut-être Wimbledon, le fait que les Tunisiens étaient vraiment heureux pour moi ; la façon dont ils m’ont accueilli en Tunisie après le tournoi était vraiment incroyable, je pense que ce moment était vraiment puissant, surtout l’accueil qu’ils m’ont réservé au théâtre de Carthage « .

Lire aussi:  Le Cameroun quitte la Coupe du monde en beauté après avoir battu le Brésil

« C’était fou, imaginez 10.000 personnes debout qui vous acclament et qui crient ? C’était un moment incroyable. »

Un cœur brisé à l’US Open

La capacité de Jabeur à rebondir après des moments décevants a été une caractéristique marquante de toute sa carrière et elle a dû le faire à de multiples reprises cette saison. Après sa défaite en finale de l’US Open face à Iga Swiatek à New York le mois dernier, les caméras de télévision l’ont suivie dans le gymnase et ont capturé un moment brut et émotionnel où elle a pleuré dans les bras de son mari et préparateur physique Karim Kamoun et de son entraîneur Issam Jellali. Ce moment a trouvé un écho auprès d’innombrables fans de tennis à travers le monde et a montré à quel point Jabeur voulait cette première victoire en Grand Chelem.

« Tout le monde m’a tendu la main et m’a dit qu’ils pleuraient avec moi », a déclaré Jabeur. « Je me suis dit que je n’allais pas pleurer mais Karim et Issam sont venus me voir et me disaient des choses gentilles, ça n’a pas du tout aidé. Les gens m’ont vraiment soutenu et c’est vraiment gentil de leur part. »

De nombreux joueurs ont tendu la main à Jabeur après l’US Open, notamment la quadruple championne majeure Kim Clijsters, qui lui a offert son soutien après cette défaite déchirante contre Swiatek.

« On pouvait voir qu’elle se sentait vraiment mal pour moi et elle m’a dit que si j’avais besoin de parler ou de faire quoi que ce soit, elle était là pour moi. C’était génial de lui parler, c’était bref mais c’était très sympa », a déclaré Jabeur.

Swiatek et Jabeur sont les deux premières têtes de série à Fort Worth cette semaine et sont dans des groupes différents au stade du tournoi à la ronde.

Swiatek « battable

Ons Jabeur aux côtés de Coco Gauff et Caroline Garcia lors de la cérémonie du tirage au sort des finales WTA 2022. Getty

La numéro un mondiale polonaise s’est détachée du reste du peloton cette année, en remportant huit titres, dont deux majeurs à Roland Garros et à l’US Open.

Les joueuses reconnaissent que Swiatek opère à un niveau différent en ce moment, mais Jabeur ne consacre pas de temps spécifique à l’entraînement pour trouver des moyens de battre la tête de série et se concentre plutôt sur elle-même.

« Personnellement, je ne travaille pas vraiment comme ça, je préfère me concentrer sur moi et améliorer les choses en moi. Parce que dans les moments de stress, ce qui aide vraiment et ce qui fonctionne vraiment, c’est votre jeu et comment vous pouvez imposer votre jeu et si vous pouvez maintenir ce certain niveau, vous pouvez battre n’importe qui », a-t-elle déclaré.

« Je pense que ce sera mon objectif. Mais il est certain qu’Iga est à un autre niveau en ce moment. C’est génial pour elle, elle nous pousse à faire mieux en tant que joueuses derrière elle. Pour moi, l’essentiel est de me concentrer sur moi-même.

« Elle est [beatable]. Ils l’ont battue avant, la série de victoires qu’elle avait en début d’année peut-être pas, mais maintenant, elle a perdu quelques matchs récemment, donc tout est possible en ce moment. »

J’aime jouer en Afrique et au Moyen-Orient

Jabeur n’a pas joué de match depuis plus de trois semaines, mais sa dernière apparition sur le circuit était spéciale car elle s’est déroulée sur le sol national. Elle a contribué à l’organisation d’un tournoi WTA en Tunisie pour la première fois et, malgré une défaite en quart de finale, ce fut une semaine qu’elle n’oubliera jamais et qui, espère-t-elle, ouvrira la porte aux jeunes filles de son pays pour qu’elles suivent ses traces.

Pendant l’intersaison, Jabeur a deux étapes importantes sur son calendrier en décembre : une exhibition de charité à Johannesburg, en Afrique du Sud, avec Sloane Stephens et une deuxième apparition consécutive au Mubadala World Tennis Championship à Abu Dhabi, où elle affrontera Emma Raducanu.

Elle dit que certains de ses meilleurs souvenirs de tennis sont ceux de sa participation aux Championnats d’Afrique lorsqu’elle était jeune, qu’il s’agisse de se lier d’amitié avec les autres équipes au Botswana ou d’être bloquée à l’aéroport en Afrique du Sud en raison d’un vol annulé.

« Nous avons joué au tennis dans l’aéroport, nous avons joué avec des chocolats, nous nous ennuyions vraiment mais nous avons trouvé des moyens de nous divertir », a-t-elle déclaré.

 » Je suis juste très excitée d’aller en Afrique du Sud et de voir comment les gens me connaissent en tant que joueuse de tennis africaine, quel est l’impact que j’ai là-bas, je suis vraiment curieuse de voir ce qui va se passer là-bas « .

« Les deux endroits où j’ai toujours aimé jouer sont l’Afrique et le Moyen-Orient. Ces endroits sont ceux où je veux aller et m’amuser. J’ai eu une bonne expérience l’année dernière à Mubadala, cette année les gens savent que je viens à l’avance, donc ce sera bien de voir combien de personnes viendront m’encourager. C’est incroyable d’avoir cela et j’ai vraiment hâte de jouer à Abu Dhabi. »

En tant que numéro 2 mondial, Jabeur obtient automatiquement la qualification de la Tunisie pour une nouvelle épreuve par équipe mixte appelée United Cup en Australie en janvier. Il pourrait être un peu difficile de trouver une équipe compétitive étant donné le faible nombre de Tunisiennes figurant actuellement dans les classements WTA et Jabeur a plaisanté en disant que ce serait plus facile si une équipe tuniso-égyptienne pouvait être combinée afin qu’elle puisse faire équipe avec l’étoile montante égyptienne Mayar Sherif.

Choquée par la nouvelle Halep

L’échec du contrôle antidopage de Simona Halep et sa suspension provisoire sont des sujets très discutés dans le monde du tennis en ce moment. L’ancienne numéro 1 mondiale a été contrôlée positive à la substance interdite Roxadustat et a juré de laver son nom.

Comme beaucoup, Jabeur a été « choqué » par la nouvelle.

« Je ne sais pas, pour moi c’est très triste de voir ce qui peut arriver quand quelqu’un fait une erreur. Ce qu’elle dit, c’est que c’était [an unintentional] une erreur. Pour moi, quelqu’un qui triche, vous pouvez voir que le niveau de la substance que vous avez prise est vraiment élevé, mais ce qu’elle a pris est vraiment faible », a déclaré Jabeur.

« Je ne suis pas sûr de ce qui s’est passé. Je pense que c’est la crainte de tout joueur, de prendre quelque chose sans le savoir et que cela apparaisse dans le test de dopage. C’est définitivement une situation très inconfortable. Je ne sais pas ce qui s’est passé et j’espère que ce qu’elle dit est vrai. Mais il est certain que personne ne souhaite que cela lui arrive. »

Jabeur entamera sa campagne pour les finales WTA lundi (aux premières heures de mardi, heure des Émirats arabes unis) contre la Biélorusse Aryna Sabalenka. Jessica Pegula et Maria Sakkari sont les deux autres joueuses de leur groupe.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*