Comme tous les vendredis, retrouvez les sujets qui font débat chez nos lecteurs-abonnés, à travers le meilleur des commentaires et contributions publiés sur Essonne Info, ainsi que sur nos réseaux sociaux.

Retour sur une semaine mouvementée, à commencer par l’incendie dans les locaux de la permanence de Maud Olivier qui servent également pour la section socialiste locale. La députée PS de la 5e circonscription de l’Essonne a été la cible directe de l’attaque, pour des raisons qui lui semblent quasi-évidentes : « Je pense que c’est éminemment politique car je suis là depuis longtemps, on sait où je suis et qui je suis  ». L’attaque incendiaire vous a fortement fait réagir sur les réseaux sociaux ainsi que sur la plateforme du média et notamment Daniele2, qui a souhaité nous faire part de son agacement :

« Je trouve que ceux qui ont eu l’idée « lumineuse » de mettre le feu sous la porte de la permanence de Maud Olivier ne sont pas très futés : ce sont des immeubles avec des logements qui abritent des familles et, contrairement à notre députée, ces personnes y passent habituellement la nuit. Cela aurait pu avoir des conséquences dramatiques. Que Madame Olivier se rassure, il me semble qu’elle n’est pas menacée par les clients, ni les « employeurs » des prostituées. Ce local ne me semble pas être utilisé seulement par Maud, mais l’affichage semble indiquer qu’il est également le bureau de la section locale du Parti socialiste. Cette action violente et condamnable peut s’expliquer par la violence sociale pratiquée par nos dirigeants socialistes contre lesquels notre députée ne s’est pas vraiment opposée malgré les demandes de la population. »

Autre sujet qui a marqué les lecteurs cette semaine : celui de la prise en charge de réfugiés syriens à Athis-Mons. Arrivées fin décembre à Athis-Mons, 11 familles syriennes ont été prises en main par des associations locales. Mais entre les difficultés liées aux démarches administratives, à la barrière de la langue ou à la scolarisation des enfants, construire une nouvelle vie loin des bombardements est un chemin rempli d’obstacles. Entre temps, une solidarité est née chez les habitants d’Athis et de Juvisy. Cela en a fait réagir certains comme M. Pelissier sur les réseaux sociaux :

« quand on dépasse la barrière des préjugés tout est possible,bravo et merci aux associations qui s’occupent d’eux et je souhaite un bel avenir a ces familles dans notre beau pays ».

Notre rubrique L’œil des lecteurs, chaque vendredi