La porte-fenêtre est brisée, ses contours calcinés. À l’intérieur, plusieurs personnes s’affairent pour nettoyer les débris. Cette nuit, aux alentours de 4h30 du matin, les locaux de la députée PS Maud Olivier, situés 5 rue du Forez aux Ulis, ont été visés par une attaque incendiaire : « Il semblerait qu’ils aient d’abord essayé de rentrer en forçant le rideau de fer, explique l’élue. Ils l’ont ensuite soulevé avec un sommier et ont mis le feu à ce dernier avec des produits inflammables. Heureusement, ils ne sont pas parvenus à rentrer, rien n’a été volé. Ça fait des années qu’on est là, je n’ai jamais rien eu de tel ».

Si aucun blessé n’est à déplorer puisque la permanence était vide au moment des faits, la députée et son équipe s’interrogent sur les motivations de cet acte : « Je pense que c’est éminemment politique car je suis là depuis longtemps, on sait où je suis et qui je suis, analyse Maud Olivier, qui fut également maire des Ulis de 2008 à 2012. L’an dernier, je me suis engagée pour la loi contre le système prostitutionnel qui est depuis entrée en vigueur, j’avais alors reçu des menaces de mort. Je suis également candidate à ma succession pour les prochaines législatives. Maintenant, je ne peux pas vous en dire plus. Il n’y a eu aucune revendication. Mais ce qu’il s’est passé est grave pour la démocratie, pour ce qu’on représente ».

La porte-fenêtre a été forcée avant d'être incendiée (MB/EI).

La porte-fenêtre a été forcée avant d’être incendiée (MB/EI).

Quant à ceux qui s’interrogeraient sur un quelconque lien avec la primaire de la gauche dont le vainqueur a été désigné dimanche soir : « Je ne me suis pas positionnée, je n’ai soutenu personne, précise la députée. Au moins, on est sûr que ce n’est pas entre nous ».
En attendant, le propriétaire des locaux a porté plainte et la police a réalisé des relevés sur place. Une caméra de surveillance positionnée juste en face pourrait également avoir enregistré la scène. Une enquête judiciaire a été ouverte.