Elle est classée aux monuments historiques mais, aujourd’hui, elle est en danger. Édifiée au XIIe siècle, l’église Saint-Germain-l’Auxerrois fait partie des perles de notre patrimoine national. L’église paroissiale de culte catholique impose son architecture gothique en plein coeur de la cité historique de Dourdan. Implantée sur la place des halles du marché, juste en face du château-fort médiéval de la commune, la bâtisse de l’église a connu des débuts difficiles, vestiges de la guerre de Cent Ans, jusqu’à sa restauration à la fin du XVe siècle. Par la suite, l’église n’échappa pas à l’Histoire de l’hexagone : les guerres de religion et, plus tard, la Révolution française n’auront pas eu raison de l’établissement religieux. Toujours debout, l’église aura tout de même été ravagée à plusieurs reprises au cours de son histoire. En octobre 1967, le bâtiment est placé dans le classement officiel des monuments historiques. Préserver son patrimoine, cela passe obligatoirement par un coup de renouveau. Les derniers travaux de rénovation ne sont pas d’hier puisqu’ils remontent aux années 1980–1981.

Rebelote ! L’église nécessite aujourd’hui quelques petits changements. Des dégradations qui, sur le long terme, pourraient s’avérer très destructrices, exigent l’intervention de la mairie de Dourdan, à qui revient la responsabilité des rénovations. Pourtant, cette dernière n’a encore obtenu aucune subvention pour l’église, contrairement à la rénovation du château qui est en cours. C’est pourquoi un projet de financement participatif a été mis en place. En collaboration avec la Fondation du patrimoine, organisme privé visant à défendre et valoriser le patrimoine national, la mairie de Dourdan a lancé un appel aux dons, par le biais d’une souscription populaire en ligne.

Porteuse du projet et maire de Dourdan, Maryvonne Boquet compte beaucoup sur la solidarité des habitants : « Nous avons mis la barre assez haut mais on espère vraiment que cela va marcher  ». A ce jour, 8 775 euros ont déjà été récoltés et le chiffre devrait continuer de grimper durant les mois à venir. Le chantier ne pourra pas débuter sans les autorisations notamment de la DRAC (Direction Régionale des Affaires Culturelles), soit pas avant la fin de l’année 2017, voire même 2018.

Ce sont des travaux importants que s’apprête à faire la ville de Dourdan, d’autant que des travaux « de sécurité » ont déjà été effectués l’année dernière. Aujourd’hui, ce sont des rénovations en profondeur qu’il faut programmer, avant que la bâtisse ne s’abîme trop vite. Pour ce faire, 250 000 euros seront nécessaires. Un projet que les Dourdanais accueillent majoritairement avec plaisir : « Le fait de passer par une souscription populaire implique les habitants. Ils se sentent investis », s’est réjouie la maire de la commune.