Dimanche soir, 20h30, le siège de la fédération du Parti socialiste d’Evry se remplit peu à peu. Munis d’enveloppes ou de cartons remplis des bulletins ayant servis au vote, les militants échangent entre eux sur les résultats du soir. L’ambiance est plutôt conviviale même si les résultats, eux, ne sont pas mirobolants concernant la participation. « On s’en doutait, lâchent quelques militants, mais c’est toujours ça. Cela aurait pu être pire ». Car ce dimanche soir 23h, les estimations oscillaient entre 1,7 et 1,9 millions de votants pour cette primaire dite de la gauche (lire notre dossier). Un score très nettement inférieur en termes de participation à celui enregistré il y a six ans par cette même formation politique. Car en 2011, lors du scrutin qui avait vu François Hollande l’emporter, pas moins de 2,7 millions de Français s’étaient déplacés, dont 60 000 Essonniens.

Au total, seuls 37 840 Essonniens ont fait le chemin jusqu’aux urnes, ce qui représente entre 4,73% du corps électoral. Dans la majeure partie des communes, la participation ne décolle pas. 4,35% à Athis-Mons, 5,93% à Massy, 5,1% à Brétigny, celle-ci plonge même jusqu’à 2,8% à Corbeil-Essonnes pour une commune qui compte 22 641 inscrits ! Rares sont les villes qui comptent des taux de participation avoisinant la barre des 10%. Palaiseau obtient 8% et Orsay se démarque notamment avec ses 9,20% de participation. Un résultat, si cela se confirme, deux fois moins important que celui obtenu par la droite lors de sa propre primaire en novembre dernier. A l’époque, ce scrutin inédit pour ce parti avait sensibilisé plus de 80 000 électeurs.

Les résultats des primaires de 2011

Les résultats des primaires de 2017

Hamon fait du chiffre sur la 3e circo

A la fédération du PS du département ce dimanche soir, les discussions s’attardent notamment sur l’identité des deux vainqueurs de ce premier tour : Benoît Hamon et Manuel Valls. Un duel d’Essonniens pourrait-on dire puisque le premier a longtemps été conseiller municipal de Brétigny-sur-Orge, tandis que le second est l’ex-maire d’Evry.

A 23h ce dimanche soir, aucune tendance claire ne se dégage. « C’est assez serré, les deux candidats sont au coude à coude », commente un militant. Mais cela n’empêche pas certaines personnes d’avoir le sourire, notamment du côté de Benoît Hamon. C’est le cas de Sylvain Tanguy, le maire du Plessis-Pâté. « C’est une bonne soirée, assure ce dernier. Il a fait une très belle campagne et les gens l’ont redécouvert à cette occasion. Une base importante de militants est derrière lui ». En effet, celui-ci devance l’ex-Premier ministre dans quelques communes de l’Essonne comme à Orsay, Palaiseau, Epinay-sous-Sénart ou encore à Massy ou il dépasse les 40%. Ses scores sont également très bons sur son ancienne circonscription : la 3ème (Brétigny-Arpajon-Dourdan). A Dourdan, il comptabilise ainsi 250 voix contre 182 pour Manuel Valls. Il est à nouveau pointé en tête à Boissy-sous-Saint-Yon, La Norville ou encore à Arpajon pour une voix d’écart (100 contre 99).

Valls résiste dans son fief

A domicile, Manuel Valls fait le plein. L’implantation locale de l’ancien Premier ministre a donc eu une certaine influence. Sur la première circonscription dont il est le député, Manuel Valls a séduit près de 55% des électeurs qui se sont déplacés. En tête à Corbeil-Essonnes, Courcouronnes, Lisses, Ris-Orangis et Villabé et Bondoufle, il atteint même les 61% dans son fief d’Evry. 1 853 Evryens se sont déplacés dans les 8 bureaux de vote installés à Evry. C’est d’ailleurs en mairie que le candidat Manuel Valls est venu voter dimanche matin. Ce dernier y a récolté 1 132 voix. Sur le département, des communes comme Savigny-sur-Orge ou Montgeron le placent notamment en tête.

Fort de ces résultats, l’ex-Premier ministre l’emporte même sur le département sur Benoît Hamon. En effet, celui-ci termine la soirée avec une avance de deux points sur son challenger (35,36% contre 33,70%). L’ancien maire d’Evry comptabilise près de 13 223 voix, soit près de 600 de voix d’avance (12 602 voix pour Hamon).

En vue du second tour, que peuvent espérer les deux hommes ? « Ce qui est intéressant, c’est que Benoît Hamon pourrait bénéficier du report de Montebourg », résume Sylvain Tanguy. Car oui, le troisième de cette primaire a annoncé qu’il soutiendrait Benoît Hamon. « Le vote de ce soir prouve qu’il y un vrai besoin de gauche, argumente Mourad Lebcir, soutien d’Arnaud Montebourg. Benoît Hamon devrait l’emporter ». De quoi lui assurer la victoire ?  « C’est une tendance qui devrait se confirmer », souffle Patrice Sac, soutien de Manuel Valls et conseiller municipal à Athis-Mons. Reste maintenant à voir si les électeurs en décideront autrement.

Primaires citoyennes : le bureau de Morsang-sur-Orge, qui a vu une participation de près de 600 personnes. (MH/EI)

Primaires citoyennes : le bureau de Morsang-sur-Orge, qui a vu une participation de près de 600 personnes. (MH/EI)

Les résultats en Essonne :

Manuel Valls : 13 223 voix (35,36%)
Benoît Hamon : 12 602 voix (33,70%)
Arnaud Montebourg : 6 795 voix (18,17%)
Vincent Peillon : 2 397 voix (6,41%)
François de Rugy : 1 369 voix (3,66%)
Sylvia Pinel : 627 voix (1,68%)
Jean-Luc Bennahmias : 382 voix (1,02%)

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer