Christophe Autret, et Donovan Léon. Ces deux noms ne vous disent probablement rien, et pourtant ces deux joueurs étaient plus ou moins au centre du Fleury-Brest de ce mercredi soir au stade Robert Bobin de Bondoufle (Notre article sur le dénouement du match – abonnés). Actuellement sous les couleurs du FC Fleury 91, Christophe Autret était pourtant le plus brestois sur la pelouse. Né à Brest, le polyvalent joueur de 28 ans n’a cependant jamais porté les couleurs du Stade Brestois, si ce n’est avec la réserve (CFA 2) pendant trois ans. De l’autre côté, Donovan Léon. S’il est né en Guyane, c’est sur le terrain de Brétigny qu’il a posé son premier crampon en métropole. Bien qu’il ne soit resté que deux ans dans le club essonnien, ce dernier lui a assurément permis de franchir un cap.

Une mi-temps à défendre, un but encaissé

Donovan est le premier à se mettre en évidence dans cette partie qui ne débute d’ailleurs pas sous les meilleurs auspices pour lui. Sollicité dès les premières secondes pour un premier dégagement au pied, le gardien brestois doit déjà récupérer le cuir dans ses filets après seulement deux minutes de jeu (1–0, 2′). Après avoir constaté la passivité de deux de ses défenseurs dans sa surface de réparation, il ne parvient pas à empêcher Tertereau d’envoyer un pointu dans son petit filet gauche. S’il ne peut pas grand chose sur cette ouverture du score, nul doute que le moral de celui qui n’a pas joué une seule seconde en championnat cette saison en gardera des séquelles.

Christophe est quant à lui un peu plus en réussite en ce début de partie. Placé sur le côté droit du milieu essonnien, le Floriacumois doit néanmoins se coller aux tâches défensives pour venir en aide à son latéral droit, Chevalier. Sur un centre de Faussurrier, il est bien placé à l’entrée de sa surface de réparation, et peut dégager son camp de la tête. Si, à l’image de son équipe, Christophe est très bien en place défensivement, ses relances restent cependant à désirer. Bien pressé par Nganioni, le latéral brestois, il rend systématiquement le ballon aux Bretons (11′, 16′). Très sollicité, contrairement au gardien brestois qui n’aura qu’une seule vraie intervention à réaliser dans ce premier acte, Christophe va monter en puissance dans cette partie.

Sur sa première action offensive, le numéro 8 du FC Fleury 91 fait parler sa bonne protection de balle pour obtenir un bon coup franc aux 40 mètres (19′). Un coup franc qui ne donnera rien, certes, mais qui permet aux Essonniens de calmer quelque peu le jeu, et d’enfin investir le camp du Stade Brestois 29. Très impliqué en défense, il sort peu à peu de ses 30 derniers mètres. Une incompréhension avec Passape le prive d’une belle action de but (31′), son contrôle orienté dans le rond central est malheureusement gâché par une ouverture approximative (43′). C’est finalement sur un pressing individuel intéressant que l’arbitre siffle la fin de la première période.

Une fin de match dans le flou

Le début de seconde période est toujours autant à l’avantage du milieu droit. Un nouveau bon travail en pivot lui permet d’effectuer son premier centre de la partie, et le dernier (54′). La sortie de son arrière droit, déjà pénalisé d’un carton jaune, l’oblige à coulisser au poste de latéral droit (55′). Il lui faut très peu de temps pour prendre le dessus sur Lavigne, son adversaire direct, plutôt nerveux en cette seconde période. Infranchissable en défense, il se montre très précieux à un peu moins de 20 minutes du terme de la rencontre, lorsque, sur un bon ballon venu sur la gauche de la défense, il empêche Monrose de pousser le ballon au fond des filets (72′).

Donovan, lui, a passé toute sa deuxième période à l’entrée de sa surface de réparation. Fleury ne s’est pas procuré la moindre occasion après la pause, du moins pas avant la 80e minute de la partie. Cette fois bien lancé en profondeur par Ribadeira, Tertereau devance son défenseur, puis la sortie de Donovan pour inscrire un doublé et entériner le score (80′). Peu en réussite sur sa sortie, le Guyannais de 24 ans laisse glisser le ballon sous ses jambes, et encaisse un deuxième but sur la deuxième vraie occasion du FC Fleury.
La fin du match se déroule dans le flou pour les deux joueurs qui se congratulent au coup de sifflet final. Sur les deux visages, aucun signe de joie, si Donovan ne peut jubiler d’une défaite, Christophe, lui, craint de voir son équipe éliminée sur tapis vert suite à une erreur sur la feuille de match, et garde ses mains croisées sur sa tête pendant de longues minutes.

Leurs réactions :

Christophe Autret :

J’avais un peu de pression au début du match, puis après je me suis lâché au fur et à mesure. En première je n’ai pas eu d’occasion pour créer le décalage. En deuxième je suis passé arrière droit. Je suis content de moi défensivement, mais je dois apporter plus offensivement. Mais tout le monde était à 100%, il n’y a pas eu de faiblesses dans l’équipe.

Concernant le coup de théâtre du match :

Pour moi ce match était perdu. On voit ce genre de situation tous les ans. Je me suis dit ‘c’est pas possible, c’est cruel, on mérite de passer’. Ça a mis un froid dans le vestiaire. La magie de la coupe n’est plus la même. Il n’y a pas eu de cri de guerre, les joueurs sont partis chacun de leur côté. Apparemment Brest ne pose pas de réserve, je trouve ça très professionnel.

Donovan Léon :

Pour moi c’est un match frustrant, ils ont deux occasions, deux buts. Je pense qu’on est pas rentrés directement dans le match, on ne l’a pas pris comme un match de coupe. Je pense que certains sous-estimaient l’équipe de Fleury, mais moi je savais très bien que CFA ça ne voulait rien dire puisqu’en coupe de France tout est possible. Fleury c’est une belle équipe ils nous l’ont montré aujourd’hui et même s’ils n’ont pas produit un grand jeu, défensivement c’était costaud. Je leur souhaite la montée en national.

Concernant le coup de théâtre du match :

On n’était pas au courant du tout, je ne savais pas ce qui se passait. Pour le moment on ne sait pas qui est qualifié, pour nous c’est Fleury, après c’est la commission qui décidera, mais dans tout les cas je les félicite pour leur match.

Donovan Léon : De Brétigny au Stade Brestois, itinéraire d’un lion en cage.