Il est déjà loin le temps où le FCF Juvisy trustait la première place du classement de D1 féminine, et jouait les trouble-fête en Ligue des champions. Déjà distancé en D1 après seulement 11 journées de championnat, le FCF Juvisy, 6 fois champion de France, joue désormais les 3e rôles depuis la fin de saison 2011–2012, et une dernière belle campagne en coupe d’Europe. Régulièrement devancé par Lyon et le PSG, le club essonnien a même dû se contenter d’une 4e place au classement la saison dernière, battu par Montpellier dans la course au podium.

Cette saison, les choses vont de mal en pis pour les joueuses coachées par Emmanuel Beauchet. A 14 points de l’OL et de la tête du championnat, avec 5 défaites en 11 matchs, la Juv’91 doit désormais s’adonner à une lutte pour une place au pied du podium en fin de saison. Un constat qui ne risque guère de s’améliorer dans les saisons à venir, tant les autres clubs féminins tendent de plus en plus vers une professionnalisation. Armé uniquement de son statut semi-professionnel, Juvisy stagne depuis quelques années, et l’apport des ses jeunes n’est plus à même de concurrencer la puissance économique de ses rivales.

Un accord imminent

Mais selon les informations de RTL révélées mardi 17 janvier, une fusion entre le club essonnien, ses voisins du Paris FC, et ceux du Racing club de France, serait en pourparler avancé. « Le président du conseil régional des Hauts-de-Seine, Patrick Devedjian, serait lui favorable au projet », lance le média national. Une information confirmée ce mercredi 18 janvier par le FCF Juvisy : « Aujourd’hui, le championnat de Division 1 Féminin français, accueille les plus grands talents français et internationaux. Il est donc important pour le FCF Juvisy Essonne de s’adapter à cet univers concurrentiel fort en développement, avec un projet qui permettra de s’inscrire dans la pérennité et de rester compétitif, explique le club essonnien dans un communiqué. A ce jour, seuls le FCF Juvisy Essonne et trois autres clubs de division 1, ne sont pas rattachés à des clubs professionnels masculins. De ce fait, les divergences de budget et de structure se creusent entre les différentes équipe de l’Elite ».

L’idée est donc de se rapprocher du Paris FC dont l’équipe première masculine évolue en National de façon à construire un club compétitif sur tous les tableaux : « Un rapprochement ‘gagnant/gagnant’ et une volonté commune d’évoluer, a amené le Paris FC et le FCF Juvisy Essonne à travailler ensemble, pour unir leurs forces et leurs compétences respectives afin de se maintenir au haut niveau français », expose le club essonnien dirigé par Marie-Christine Terroni.

Un projet salué par les collectivités

Du côté de la mairie de Juvisy, Robin Reda, le maire de la commune, voit le projet « d’un bon oeil » : « Il y a un modèle à réinventer, le club de Juvisy a un statut semi-professionnel. Soit on garde ce statut et le club sera relégué à terme parce que la ville et le département n’ont plus les moyens de les accompagner. Soit on se donne de l’ambition et on tente un projet commun avec le Paris FC qui ne possède pas une section féminine très développée, mais qui a une section masculine bien placée (ndlr National) », explique-t-il.

Au département, on soutient également la fusion, en y posant néanmoins quelques conditions : « Il faudra que le nom du futur club renvoie au territoire et que l’Essonne continue à accueillir à Bobin certains matchs des filles, et pourquoi pas ceux des garçons », précise Sophie Rigault, vice-présidente du Conseil départemental de l’Essonne, dédiée au sport et à la jeunesse.
Sur ce point, le FCF Juvisy se veut rassurant : « En terme de fonctionnement, le projet est encore en cours de construction. Mais une chose est sûre : l’Elite des féminines restera ancrée sur le département essonnien, tandis que l’Elite masculine demeurera à Paris ».

Si le projet initial prévoit un siège administratif et un centre d’entraînement basés à Colombes, rien n’est encore fait du côté du Racing club de France (DH). Sur RMC, Pierre Ferracci, président du Paris FC restait prudent : « Avec le PFC, on tourne autour de Paris depuis un moment. On a donc ciblé le terrain de Colombes pour s’installer, puisque l’équipe de rugby va partir. C’est pour cela qu’on discute avec le Racing. Alors peut-être qu’un jour on pourra parler de fusion, mais on n’en est pas encore là avec eux ».

En attendant, le projet a clairement pour objectif de donner naissance au deuxième grand club de la région parisienne en concurrençant aussi bien le PSG chez les hommes, que chez les femmes, ainsi que Lyon et les autres grands clubs européens. Il pourrait en outre permettre d’accentuer un peu plus la médiatisation du football féminin à l’approche de la prochaine coupe du monde féminine qui aura lieu en France courant 2019.
« Les détails fonctionnels du rapprochement entre les deux clubs feront l’objet de communiqués futurs plus précis », conclue le FCF Juvisy. La fusion devrait intervenir avant le 31 mars 2017, date limite à laquelle le dossier doit être déposé à la Fédération française de football. Le projet devra ensuite être validé par la DNCG pour que le nouveau club parisien puisse voir le jour dès la saison prochaine. Les féminines garderaient alors leur place en D1 pendant que l’équipe masculine repartirait du National.

Article réalisé en collaboration avec Maxime Berthelot.