Le 13 mai dernier, après plusieurs semaines d’ascension, mais surtout plusieurs années de préparation, Tahar Manaï atteignait le toit du monde. Premier Tunisien à gravir l’Everest, il souhaitait avant tout porter un message d’espoir pour son pays après la révolution de 2011. Après une première tentative en 2015, qui s’était soldée par un tremblement de terre meurtrier, il se confiait à Essonne Info dans une longue rencontre (à lire iciabonnés), et nous découvrions une personnalité déterminée à accomplir son rêve.

Un an après, il réussissait ce véritable exploit, en pensant à tous ses soutiens, notamment en Essonne, où il exerce comme pompier à Massy (lire notre article). Samedi 7 janvier lors des voeux de la commune, il a été décoré de la médaille de la ville, des mains du maire Vincent Delahaye, et en a profité pour donner des détails sur son exploit. Au sortir de cette distinction, il se dit en tant que « pompier de l’Essonne fier d’etre soutenu et reconnu par sa ville. Certains de mes collègues ont vécu ma préparation de près, de nombreuses heures de travail se sont passées ici à Massy. Merci à tout ceux qui m’ont soutenu de près ou de loin ».