Ce dimanche 29 mai, le secrétaire d’Etat à la fonction publique et maire de Draveil Georges Tron a présenté par lettre sa démission du gouvernement au président de la République. Il retrouve dans un mois son fauteuil de député de l’Essonne. Dans le département, le débat pourrait se prolonger sur le plan politique et local.

Le ministre de la fonction publique, Georges Tron, démissionne du gouvernement et retrouvera dans un mois les bancs de l’assemblée nationale.


Il aura fallu quelques jours et un impact médiatique faisant suite à « l’affaire DSK » pour que Georges Tron, accusé d’agression sexuelle par deux ex-employées de la mairie de Draveil, prenne sa plume et signifie au président de la République sa démission (voir plus bas).

Dans cette lettre qu’Essonne Info s’est procuré, il se place en tant que « simple citoyen » et affirme qu’il fera « reconnaître [son] innocence en combattant les accusations vindicatives de deux anciennes collaboratrices, dont l’une a été licenciée pour avoir détourné les deniers publics qui lui étaient confiés et l’autre a quitté ses fonctions en raison d’un comportement indigne » .

Retour à l’Assemblée Nationale… et à Draveil

Le maire de Draveil, par ailleurs président de l’agglomération Sénart-Val de Seine (regroupant les communes de Draveil, Vigneux-sur-Seine et Montgeron), devrait légalement retrouver son poste de député de la neuvième circonscription de l’Essonne. Il avait laissé la main à sa suppléante, Françoise de Salvador lors de sa nomination en mars 2010 au gouvernement.

Dans sa lettre, il indique : « Je retrouverai rapidement ma ville et ma circonscription qui demeurent, malgré les tourments, un stimulant point d’ancrage » . Cette volonté affichée de revenir à un quotidien d’élu local pourrait cependant être contrariée par les conseillers municipaux d’opposition de Draveil. Alors que l’avocat des plaignante Gilbert Colard a demandé au préfet de l’Essonne de « mettre sous tutelle » la commune, la conseillère Modem Fabienne Sorolla a demandé la dissolution du Conseil municipal. Le Conseiller municipal PS Daniel Groiselle a indiqué quant à lui à la rédaction qu’il allait « écrire, dès ce lundi matin au préfet » dans ce sens. « Pour que l’enquête se déroule de façon saine, il faut que Georges Tron et sa majorité démissionnent » a ainsi précisé Daniel Groiselle.

Du côté de la majorité, les élus font bloc autour de leur maire. La nouvelle Conseillère générale de Draveil Florence Fernandez de Ruidaz s’est dite « écoeurée de voir tout ce qui peut être dit, et la manière dont [Georges Tron] est sali » au micro d’I-Télé.