Le futur métro du Grand Paris a enfin dévoilé son tracé officiel. Tel que validé jeudi par le Conseil de surveillance de la Société du Grand Paris, il prévoit cinq arrêt en Essonne. Dès aujourd’hui, de nouveaux bus entrent en circulation sur le plateau.

La course est lancée pour faire rouler le premier métro automatique en 2018, entre Champigny-sur-Marne (94) et Nanterre (92). La ligne aérienne desservant Massy et le plateau de Saclay, ne sera livrée qu’en 2025. Elle comportera cinq stations en Essonne. Cette ligne de métro automatique, aérien et léger sur le modèle de l’OrlyVal, reliera l’aéroport de Paris-Orly (94) à la gare de Versailles-Chantiers (78), en seulement 29 minutes.

Cinq stations en Essonne

Le projet définitif desservira Massy (deux stations : Massy-Opéra et la gare RER de Massy-Palaiseau-Massy TGV) ainsi que la plateau de Saclay (trois stations : Palaiseau-Polytechnique, Orsay-Gif côté plateau et le CEA de Saint-Aubin). Deux autres arrêts situés à Antony (92) et l’aéroport d’Orly (avec une future connexion sur la ligne 14 du métro parisien), seront à proximité immédiate du département.

« Ce choix répond à la double exigence d’un transport capacitaire rapide et d’une desserte maillée du territoire tout en garantissant la protection des terres agricoles du Plateau de Saclay », souligne Hervé Hocquard, Conseiller régional et maire (UMP) de Bièvres. Pour l’élu, il aurait été « impensable » que le plateau de Saclay, qui devrait « regrouper d’ici 2020 un quart du potentiel de recherche et d’innovation de notre pays » ne bénéficie pas d’une liaison « le connectant au cœur et aux autres sites essentiels de l’agglomération parisienne ».

Au département, on parle d’une « victoire pour les Essonniens » et d’une « chance pour le territoire » selon le Conseiller général de l’Essonne. Le département se « félicite aujourd’hui des avancées obtenues et actées », notamment l’augmentation du nombre de stations, de 40 à 72. Pour Jérôme Guedj, son président (PS), « c’est l’avenir de nos transports, et par conséquent de nos territoires, qui est actuellement en train de se jouer ».